Mon fils m’a sauvé la vie grâce à un massage cardiaque

En juin 2011 pendant mon sommeil, vers 4 heures du matin, j’ai eu une crise cardiaque. Heureusement, mon épouse s’est réveillée à cause d’un bruit bizarre. Je gargouillais, comme elle a dit. Quand elle a allumé la lumière, elle a cru que j’étais mort : ma figure était toute noire. Elle a réveillé notre fils pour l’avertir que mon cœur s’était arrêté et téléphoné aux ambulanciers qui lui ont conseillé de pratiquer un massage cardiaque.

Elle ne savait pas le faire, mais mon fils venait tout juste d’apprendre à pratiquer correctement cette méthode lors d’un cours de secouriste. Il a commencé le massage cardiaque et persévéré jusqu’à l’arrivée des ambulanciers, quelques minutes plus tard. Ils ont utilisé un défibrillateur pour remettre mon cœur en marche. Il a fallu neuf électrochocs pour que mon cœur veuille bien, enfin, repartir. J’ai ensuite été amené à l’hôpital en urgence où je me suis réveillé sans tout de suite comprendre ce qui m’était arrivé.

Je suis resté très peu de temps à l’hôpital, une petite semaine. J’ai été traité par les spécialistes, cardiologues, neurologues, et j’ai passé toutes sortes d’examens pour me rendre compte finalement qu’il n’y avait pratiquement pas de séquelles. J’ai repris mon travail trois semaines après être rentré à la maison. J’ai même pu, trois mois plus tard, suivre un cours de formation et obtenir, dix-huit mois après mon arrêt cardiaque, le diplôme fédéral de chargé de sécurité.

Je suis très heureux de pouvoir mener aujourd’hui une vie normale. Si mon fils n’avait pas appris à faire un massage cardiaque, je ne serais plus là… Il m’a sauvé la vie.

Daniel Bugnon